Get Adobe Flash player

Articles

NOUVELLE APPROCHE D'INTERVENTION

Le CIPCRE lance officiellement ses activités dans 5 villages pilotes

 Le CIPCRE vient de vivre une étape importante dans la mise en œuvre de ses activités auprès des populations de l’Ouest-Cameroun. Le Plan d’Action Triennal en cours voit la naissance d’une nouvelle stratégie dénommée, le Village Pilote. Les lancements officiels ont été l’occasion pour le CIPCRE d’expliquer ce nouveau concept.

L’équipe du CIPCRE, emmenée par le DG et le DN, œuvrait depuis de nombreuses semaines pour que ces cérémonies soient à la hauteur des espérances. Tel a été le cas le 30 avril à Bahouoc, le 2 mai à Bamendjo, le 4 mai à Baham, le 8 mai à Bahouan et enfin le 17 mai à Bapa. Sur la place des fêtes, place du village ou dans les salles de fêtes, étaient rassemblés autour du CIPCRE, les autorités administratives, traditionnelles et religieuses, ou leurs représentants, ainsi que des GIC, chorales et groupes de danse et enfin les populations.

 Chacun a pu suivre le message d’accueil du chef du village, après la prière dite dans un esprit œcuménique, voire interreligieux. Ces discours ont porté sur la satisfaction de devenir un village pilote, l’aboutissement d’un partenariat avec le CIPCRE datant de longue date, mais aussi sur l’importance de la présence des autorités administratives, en la personne du sous-préfet ou son représentant, signe de l’intérêt commun pour le développement des villages de l’Ouest-Cameroun. Les défis à relever pour que chacun puisse manger à sa faim, accéder à l’éducation et aux soins de santé et se sente en sécurité sont multiples et ce n’est qu’ensemble que cela pourra devenir une réalité. Le chef du village a assuré de sa disponibilité et de son soutien, avec ses notables, pour la mise en œuvre et la bonne marche des activités du CIPCRE dans le village.

 Rêve du CIPCRE pour la société camerounaise

 La parole a ensuite été donnée au DG. Il a mis des mots sur les fondements du CIPCRE, se basant sur l’éthique écologique, soit la relation que chacun entretient avec lui-même, l’autre, son environnement et la transcendance. Partageant le rêve du CIPCRE pour la société camerounaise, il a développé la manière dont il peut aujourd’hui être mis en œuvre concrètement. Il a ainsi formulé l’objectif général et les quatre domaines d’intervention, qui seront particulièrement visibles dans les villages pilotes, avant de conclure sur la nécessité de la participation et de l’engagement de chacun des acteurs.

 

Le DN a, quant à lui, donné les grandes lignes de la mise en œuvre concrète du projet village pilote. Il a défini le concept village pilote et le pourquoi d’un tel choix par le CIPCRE.

Qu’est-ce qu’un Village Pilote ?

Un « village Pilote »  est un lieu où le CIPCRE veut faire converger ses activités pour améliorer la qualité des services rendus aux populations et pour plus d’impacts sur les partenaires. Les cinq villages sont : Bahouoc, Bamendjo, Baham, Bahouan et Bapa.

 L’objectif est ainsi de décloisonner les activités du CIPCRE, de permettre des échanges entre les différents partenaires pour que chacun puisse profiter de voir ses conditions de vie s’améliorer dans plusieurs domaines. Le DN a donné les critères de sélection des villages, en présentant dans chacun des cinq villages le cadre du CIPCRE qui fait office de répondant/e. Il a enfin défini plus spécifiquement les quartiers concernés et a précisé que l’expérience était fixée à trois ans, dès janvier 2012 et serait reconduite en cas de bilan positif.

 Les interventions étaient ponctuées d’intermèdes musicaux donnés par les différentes chorales, de productions des écoles, d’animations assurées par des artistes locaux et à Baham, par

des saynètes de prévention présentées par la TIM, la troupe théâtrale du CIPCE.

 C’est à M. le sous-préfet, ou son représentant, qu’a toujours été donné le mot de la fin, lequel n’a pas manqué de souligner l’importance de l’événement et son soutien, au nom du gouvernement

 

, à toute initiative en faveur du développement dans les villages de l’Ouest-Cameroun, et tout particulièrement à l’engagement du CIPCRE auprès des populations.

 Chacune des cérémonies à Bahouoc, à Bamendjo, à Baham, à Bahouan et à Bapa, a été clôturée par une visite des autorités aux groupes de danse présents et aux stands présentant la documentation du CIPCRE, les plantes médicinales et les produits agricoles et d’élevage émanant de groupes partenaires du CIPCRE. La fête, chaque fois se poursuivit autour d’une collation qui a permis de commenter l’événement et de prolonger les échanges.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir