Get Adobe Flash player

Articles

Journée Internationale de la Paix : Chrétiens et musulmans s’élèvent contre l’intégrisme religieux

A l’occasion de la célébration de la Journée Internationale de la Paix, le Cercle International pour la Promotion de la Création (CIPCRE) et le Comité pour la Coopération Interreligieuseont vibréau même diapason pour condamner l’intégrisme religieux. C’était avec un léger différé dans la salle des Conférences de la paroisse Sacré-Cœur du Mont Saint Jean à Bafoussam le mercredi 24 septembre 2014. Cette cérémonie a drainé des pasteurs, des prêtres, des imams et des représentants de la sagesse ancestrale ainsi que des chrétiens et des musulmans ordinaires épris de justice et de paix. Environ 200 personnes ont pris part à ce rendez-vous. Retour sur cet événement.

 

  Dès 14 heures, les invités ont commencé à converger vers la salle des conférences du Mont Saint Jean, puis se sont progressivement installés. Les panelistes dont le Rév. Jean-Blaise KENMOGNE, PhD, Directeur Général du CIPCRE, l’Imam Moussa Nchamoun, Coordinateur Régional de la Dynamique Islamique Justice, Paix et Sauvegarde de la Création, le notable Jean KOUAM de Baham, le père Jean-Claude MBASSI de la Commission Diocésaine Justice et Paix de Bafoussam, l’Imam Ahmed MBOUOMBOUO, Directeur du Centre Islamique Social La Paix pour la Promotion de la Femme de Foumbot et le Pasteur NGANTCHANG Laurand, Pasteur et Responsable de la Paroisse de l’Eglise Evangélique du Cameroun de Ndiangdam, le Révérend ASSAH Peter ASHU, Pasteur de la Presbyterian Church à Acha, Banengo, sont arrivés par la suite. La modératrice du jour, Nadège CHEGUEM, Journaliste à la CRTV Ouest à Bafoussam, a introduit la rencontre et a immédiatement passé la parole au notable Jean KOUAM pour la prière d’ouverture.

 Exposé de l’Imam MOUSSA

 L’honneur est revenu à l’Imam Moussa d’ouvrir l’exposé sur le thème : « Intégrisme Religieux et Coopération Interreligieuse ». De prime abord, l’orateur a dénoncé ces hommes malveillants et manipulateurs qui se servent de la religion musulmane pour porter atteinte à la liberté et à la dignité des hommes et des femmes créés à l’image de Dieu. Faisant allusion à la secte islamiste Boko Haram qui sévit au Nord du Cameroun et à l’intégrisme religieux qui fait rage actuellement en République Centrafricaine (RCA), il a martelé qu’on ne peut pas se servir de Dieu pour tuer, piller et violer. C’est la raison pour laquelle il a soutenu qu’il est temps que les religions coopèrent pour sonner le glas de l’intégrisme religieux et sauver l’humanité de l’homme.

Revenant sur le travail abattu par le CIPCRE en matière de coopération interreligieuse, il a affirmé que si cette organisation existait en RCA, il n’y aurait sans doute pas eu de guerre entre chrétiens et musulmans. Avec son lyrisme habituel, il a démontré qu’il n’y a qu’un seul Dieu et par conséquent une seule humanité et une seule conception de la dignité humaine. Malgré la diversité des peuples et des religions, nous appartenons à une même source de vie, à un même élan de vitalité dont le souffle spirituel devra sauvegarder le principe unificateur qui conduit à l’unité du genre humain avec comme corollaire la promotion d’une éthique de paix universelle et de dialogue entre les religions et les cultures. Quelles que soient nos confessions religieuses ou nos appartenances, nous devons respecter l’autre dans sa complexité et

 sa différence. Pour lui, le Comité pour la Coopération Interreligieuse est le lieu de rencontre indiqué pour déconstruire les différences et les peurs qui s’enracinent dans l’ignorance des uns et autres. C’est aussi le cadre qui nous permet de nous unir et de conjuguer nos efforts pour bâtir un vivre-ensemble harmonieux. D’où l’importance de la présente rencontre interreligieuse qui est à la fois un hymne à la réflexion commune, un prélude à l’action commune, au travail commun, à l’engagement citoyen, à l’idéal républicain et à l’excellence. Pour finir, l’iman dira que l’islam vise une finalité qui est de : « Vivre et agir de manière à construire l’humanité de l’autre car en construisant l’humanité de l’autre, je construis la mienne ».

Intervention du Directeur Général du CIPCRE

A la suite de l’imam Moussa, le Rév. Jean-Blaise KENMOGNE, PhD, Directeur Général du CIPCRE,a pris la parole à la demande de la modératrice. En gardant comme toile de fond de son exposé l’affirmation de son prédécesseur sur la nécessité de construire l’humanité de l’autre, il s’emploiera à définir les termes intégrisme, religion, coopération interreligieuse et dialogue interreligieux. S’agissant de l’intégrisme, il a fait ressortir la tendance à prendre le système comme la totalité et à exclure celles et ceux qui ne font pas partie de ce système. Il dira que le fondamentalisme est synonyme de l’intégrisme du fait que les fondamentalistes prennent à la lettre les textes sacrés comme la référence de la morale et même du pouvoir politique. Parlant de la religion, le Directeur Général du CIPCRE a fait comprendre qu’elle est un mécanisme, une culture mise en place par les hommes pour entrer en relation avec la transcendance. Ainsi compris, le christianisme est un effort d’entrer en communication avec Dieu à travers Jésus-Christ. De la même façon, l’Islam est une manière de rechercher la relation avec Dieu à travers le Coran. Il faut également considérer que la religion traditionnelle est également une quête de l’au-delà, les mânes et les esprits des ancêtres et, finalement, Dieu. La pluralité des religions n’est donc pas un obstacle à la rencontre de l’Autre et donc de l’autre. Et pour souligner la différence entre Coopération Interreligieuse et Dialogue Interreligieux, le Rév. Dr. Jean Blaise KENMOGNE a fait comprendre que le Dialogue Interreligieux est globalement fondé sur la recherche de la connaissance de la doctrine et des dogmes de l’autre religion, alors que la Coopération Interreligieuse vise à promouvoir le vivre et l’agir ensemble à l’effet de construire une société de justice, de paix et de bonheur partagé.

Pour terminer son intervention, il a cité la Bible qui dit : « Dieu est amour », montrant ainsi que comme nous sommes créés à l’image et à la ressemblance de Dieu, nous sommes des êtres d’amour les uns pour les autres et qu’en cultivant cet amour, nous nous réconcilions avec nous-mêmes, avec l’autre, avec l’environnement et avec Dieu. C’est là le sens de « l’Ethique des liens », fondement de la philosophie du CIPCRE et gage d’une paix véritable.

La phase de débats a été ponctuée par des questions auxquelles les panelistes ont répondu avec brio. Des contributions ont aussi été apportées par les uns et les autres pour enrichir les débats.

 Saynète

 Les participants ont ensuite eu droit à la présentation d’une saynète interreligieuse intitulée « Le voyage » : un voyage mouvementé qui a vu le chauffeur musulman sacrifier au rite de la prière, au grand mécontentement de ses passagers chrétiens qui ne se sentaient pas en sécurité avec un chauffeur musulman qui s’éclipse sans aucune explication. Ses retours, après les prières et le fait d’arriver à destination, vont en fin rassurer les passagers qu’il ne s’agissait pas d’un adepte de Boko Haram.

Prière interreligieuse

 Une grande prière Interreligieuse pour la paix d’environ 5 minutes par communauté de foi a été dite par quatre intervenants (Imam Ahmed Mbouombouo pour la communauté musulmane, le Pasteur Ngantchang Laurand pour l’Eglise Evangélique du Cameroun, le Revérend Assah Peter Ashu pour la Presbytérian Church in Cameroon, le père Jean Claude MBASSI pour la Communauté Catholique. Une photo de famille a été prise pour immortaliser cette journée, suivie d’un rafraichissement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires  

 
+1 #1 Agnès Thuégaz 01-10-2014 07:31
Merci pour ce témoignage de responsabilité partagée face au fléau de l'ignorance et de la violence. Bravo pour chacune des prises de parole, pour votre engagement au service de l'éveil des consciences. Ma voix se joint à la vôtre dans notre prière commune pour la paix. Que Dieu vous bénisse abondamment et fasse croître en chacun et chacune des personnes présentes, comme en chacun de nous, le désir de mener le bon combat, celui pour plus de vie. Vous nous manquez énormément ... Agnès
 
 
0 #2 Ahmad jounedou Nouro 03-06-2015 19:50
MERCI POUR CE QUE LA CIPCRE FAIT POUR LE MAINTIEN DE LA PAIX AU CAMEROUN . MERCI POUR LA PROMOTION DU DIALOGUE INTER RELIGIEUX

IMAM MOSQUEE TAMDJA /STADE
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir