Get Adobe Flash player

Articles

Les leaders musulmans de Foumban à l’école de la protection de l’enfant

« Préserver sa santé est tout aussi difficile que préserver sa vie » tels sont les dires du prophète Mohamed à l’ensemble des croyants qui pensent souvent agir au nom des enfants en concédant des mariages précoces. De cette citation, il est loisible de reconnaitre que le Coran encadre l’épanouissement de la jeune fille et que la mauvaise interprétation de ce livre révélé conduit à toutes ces violences que connaissent les filles musulmanes.

« Préserver sa santé est tout aussi difficile que préserver sa vie.» C’est l’une des phrases phares de l’atelier de réflexion et d’échange des leaders musulmans de Foumban organisé par le CIPCRE durant toute la journée du lundi 11 mai 2015 dans la salle des actes du Centre de Promotion de la Famille de la même ville. Il s’est agi pour les 28 participants parmi lesquels 21 Imans et 8 marabouts de contribuer, à leur manière, à la mise en place d’un environnement socioculturel protecteur des enfants à travers la prise d’initiatives endogènes de lutte contre les discriminations sexistes et les violences sexuelles et la dénonciation systématique des auteurs. Au terme des travaux enrichis par des contributions diverses, travaux en groupe, les participants ont pris l’engagement entre autres de refuser de célébrer désormais les mariages religieux en violation de la loi (sans acte de mariage) et de dénoncer ceux qui le font ; de vérifier systématiquement les âges des futurs époux et leur conformité à la loi et conventions internationales avant célébration ; pour les maîtres d’écoles coraniques, de promouvoir la scolarisation des enfants et notamment des filles dans le système éducatif formel ; pour les imams prédicateurs, de mettre en avant les recommandations du Coran contre les discriminations sexistes et violences sexuelles dans leur prédication et tout discours de sensibilisation. Les imams/marabouts et prédicateurs se sont ainsi positionnés comme des personnes relais au sein de leur localité pour une sensibilisation continue des fidèles. Ils ont ainsi acquis une meilleure connaissance de leurs rôles et leurs implications dans le processus de création d’un cadre de protection et de réhabilitation des enfants victimes de violences.

Implication accrue des leaders dans les communautés

Cette session s’ajoute aux autres actions du CIPCRE en faveur de la protection des droits de l’enfant. En effet, à l’issue de la phase I du projet de lutte contre les discriminations sexistes, les abus et exploitations sexuels dans trois zones au Cameroun, la nouvelle phase, commencée en janvier 2015, voudrait renforcer l’action de protection des enfants à travers une implication plus accrue des leaders dans les communautés. Les Imams et les marabouts ont le pouvoir d’influencer et de faire changer de comportement de par leur prise de parole. Ils ont la charge d’encadrer spirituellement, c'est-à-dire d’interpréter et de faire appliquer les prescriptions coraniques à leurs populations, de célébrer les mariages au niveau des mosquées, d’éclairer sur les questions de mariages précoces et forcés, etc. Cependant, ils continuent de promouvoir l’arrangement à l’amiable, de célébrer les mariages sans toujours se référer à l’âge des conjoints et à l’état civil octroyé préalablement par l’autorité administrative compétente. Ils ne sont pas toujours informés des lois qui régissent ces différents éléments cités et par conséquent, ils ne prennent pas toujours des mesures spécifiques pour encourager les familles à scolariser les jeunes filles et à établir systématiquement des actes de naissance aux enfants. Le maçon sera jugé au pied du mur et les autres formations vont intéresser les leaders chrétiens et autres acteurs de la société.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir