Get Adobe Flash player

Articles

Protection des droits de l’enfant : Les comités de vigilance de l’Ouest renforcent leurs capacités

Le renforcement des capacités des membres des Comités de Vigilance en tant que relais de prévention au sein de leurs quartiers a été rendu effectif à travers des sessions de recyclage organisées par le CIPCRE les 11, 13, 25, 27 et 28 aout 2015. Retour sur ces formations.

On se souvient qu’à l’issue des formations en 2014, quelques chefs avaient créé des comités de vigilance dans leur quartier dont les actions ont permis d’identifier quelques victimes. Ces comités ont organisé des sensibilisations, causeries éducatives et autres activités. Les différentes sessions de suivi-accompagnement ont été des occasions d’échanger avec les membres des comités de vigilance et de les outiller en matériels de travail.

Sessions de suivi-accompagnement

Organisées généralement avec les chefs de quartier, de village et de bloc, les sessions de suivi-accompagnement se sont déroulées en présence de 77 participants parmi lesquels 5 femmes et 72 hommes. Après la phase introductive, les modules techniques sur les acquis de la phase I, l’état de lieux des problématiques et le fonctionnement/rôle du comité de vigilance ont pris le relais. Chaque présentation était sanctionnée par des interventions diverses allant des questions-réponses au partage d’expériences et autres témoignages ou difficultés rencontrées. Un accent particulier a été mis sur le rôle social des comités de vigilance dont les membres sont désignés en fonction de leur qualité intrinsèque, de leur disponibilité et de leur engagement pour la cause des enfants. L’occasion a été davantage heureuse pour les participants de partager les jours de retrouvailles des différents comités de vigilance pour un suivi-accompagnement de proximité en faveur du bien-être des enfants. Les chefs présents ont mis sur pied des comités de vigilance dans leurs quartiers respectifs dont les rencontres sont fréquentes et régulières. Quelques comités de vigilance ont identifié des victimes de violences sexuelles et de discriminations sexistes et ont accompagné les victimes avec l’appui du CIPCRE. Au finish, les besoins en matériels (registres, tee-shirts, casquettes…) ont été identifiés par les participants en vue de faire la différence avec d’autres comités mis en place dans les quartiers. Les échanges ont été très participatifs et très actifs avec l’implication des uns et des autres. Les interventions/contributions des participants ont aidé à créer une atmosphère conviviale et joyeuse ; le partage d’expériences a permis d’apprécier le travail fait et les initiatives entreprises.

Nouvelle phase du projet

Dans le cadre de la nouvelle phase du projet qui va de 2015 à 2017, la méthodologie met en avant la participation des acteurs à toutes les étapes du processus de mise en œuvre. La participation est considérée ici comme la prise de responsabilités par les différents acteurs dans la résolution des problèmes rencontrés. Les différents comités de vigilance ont suggéré les activités qu’ils vont mettre en œuvre dans leur terroir et résolu de s’appuyer sur les documents transmis (livret de sensibilisation, cadre légal de protection de l’enfance) pour être plus visibles sur le terrain tout en organisant l’identification des victimes des problématiques présentées. Ils ont résolu également d’organiser des matchs de football entre les ainés et les jeunes pour une sensibilisation pendant la pause ; les soirées récréatives ou festives autour du feu pour partager leurs expériences de jeunesse et surtout de se rapprocher du CIPCRE pour tout cas identifié. Cependant, un problème récurrent de protection face aux représailles après dénonciation a été soulevé dans la mesure où le chef est souvent pointé du doigt et surtout au regard des moyens limités dont ils disposent. Il leur a été demandé de contacter directement soit le procureur de la république, soit le CIPCRE afin d’être moins exposés. Ces différentes sessions démontrent à souhait comment la participation de plusieurs acteurs peut être utilisée comme principal facteur de réussite de la lutte contre les discriminations sexistes et violences sexuelles faites aux enfants.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir