Get Adobe Flash player

Articles

Journée Internationale de la paix 2015 : Le CIPCRE et le Comité pour la Coopération Interreligieuse commémorent l’événement

Engagé depuis de longues années dans la promotion de la justice et la paix au Cameroun à travers la coopération interreligieuse, le CIPCRE a organisé le 21 septembre 2015 une série de manifestations pour commémorer à sa manière la journée internationale de la paix 2015. Cette année, cette journée est célébrée dans un contexte où le Cameroun traverse des moments d’insécurité avec des attentats terroristes et kamikazes dans sa partie septentrionale.

Pour l’édition 2015, la manifestation organisée par le CIPCRE en partenariat avec le Comité Interreligieux à Bafoussam s’est articulée autour de plusieurs activités. Une campagne médiatique, une marche interreligieuse pour la paix au cours de laquelle des messages ont été diffusés en solidarité aux soldats camerounais qui sont au front et aux populations victimes des attaques terroristes de Boko Haram puis enfin la prière interreligieuse pour la paix dite par 4 leaders religieux (Traditionnel, Catholique, Protestant et Musulman). L’objectif était de sensibiliser les citoyens sur la nécessité d’œuvrer pour la paix et aussi de confirmer la synergie qui existe entre les différentes religions basées à l’Ouest Cameroun. Tous ont imploré le Tout Puissant de préserver les citoyens de tout acte terroriste et barbare, de démasquer tous ces criminels sans foi ni loi, notamment les adeptes de Boko Haram. Sous le thème donné par l'ONU de « Partenariats pour la paix-dignité pour tous », la célébration a été suivie par des invités, dont des autorités administratives, religieuses et traditionnelles, laïques chrétiens et fidèles musulmans, soit en tout plus de 100 participants.

Campagne médiatique

La campagne médiatique s’est faite plusieurs jours avant et a continué pendant le déroulement des activités. Avant, il a été question de procéder au déploiement des banderoles, à la production et la distribution des prospectus.Tout au long de la semaine, la radio nationale (CRTV) Bafoussam, la radio vox Ecclésiae (Catholique) et la Radio Batcham (libre) ont été mobilisées pour les communiqués présentés à des heures de grande écoute et reprises plusieurs fois. A côté de la diffusion des communiqués, le comité pour la coopération interreligieuse est intervenu dans la chaîne de radio CRTV Poste national dans l’espace animé par l’Imam Moussa sur l’émission« La connaissance de l’islam » pour mieux se faire connaître et contribuer au thème de l’année « Partenariats pour la paix - dignité pour tous », et susciter le rapprochement entre les communautés de foi pour prendre position sur les fléaux sociaux. L’Imam a ainsi présenté au public les sources historiques de la mise en place du comité pour la coopération interreligieuse, le rôle dudit comité qui est celui de promouvoir la paix et la gestion de conflits par la coopération interreligieuse, de susciter le rapprochement et la cohabitation entre les religions, entre les membres des communautés de foi (catholiques, protestants, musulmans et religions traditionnelles) à travers la mise en œuvre des actions interreligieuses d’envergure régionale et nationale, de réfléchir ensemble à des solutions à apporter face aux problèmes de société, de faire savoir au public qu’à partir des textes de référence (Bible, Coran, Loi), les problèmes de société peuvent être résolus, d’analyser les difficultés liées à la multiplicité des religions présentes au Cameroun. Un accent a été également mis sur la différence entre coopération interreligieuse et dialogue interreligieux Islamo Chrétien, quelques activités de coopération interreligieuse déjà réalisées et les résultats obtenus et enfin la justification de la présence de la religion traditionnelle dans le comité pour la coopération interreligieuse. Après la marche suivie de la prière interreligieuse, la presse écrite (le Héraut national a publié un article) et les télévisions (CRTV Ouest, DBSTV et LTM TV) ont fait un large écho de la manifestation. Des images ont été prises et diffusées par ces différents médias en vue d’un bref compte-rendu des activités réalisées.

                       Marche interreligieuse pour la paix

La marche interreligieuse a démarré par un grand rassemblement au foyer évangélique de l’EEC plateau. L’arrivée a eu lieu à la place des fêtes de Bafoussam. L’initiative de la marche pour la paix visait à  apporter la solidarité aux soldats qui sont au front et aux populations victimes des attaques terroristes de Boko Haram dans la région de l’Extrême nord du pays, àdire non à la tuerie des innocents et autres formes d’actes de terrorisme. Les messages sonorisés diffusés et des messages sur des pancartes portés par les participants lors de la marche le démontrent à souhait :

  1. Oui à la paix, Non à Boko Haram !
  2. Non à l’intégrisme religieux, Oui à la cohabitation pacifique entre les religions ! 
  3. Croyants de toutes les confessions religieuses, préservons la paix !
  4. Tous contre Boko Haram,Tous pour la Paix
  5. Pour vaincre Boko Haram, soyons solidaires des forces de l’ordre !
  6. La différence religieuse est une chance pour la paix.
  7. Il n’y a pas de développement sans la paix.
  8. La diversité religieuse est une richesse pour le développement de notre pays.
  9. Croyants de toutes les confessions religieuses, coopérons pour promouvoir le développement de notre pays !
  10. Musulmans, chrétiens, et adeptes de la religion traditionnelle, levons-nous contre le terrorisme !
  11. Protégeons nos enfants contre l’intolérance et l’intégrisme religieux !
  12. Par nos prières et nos actes, soutenons nos frères et sœurs du Grand Nord de notre pays !
  13. Musulmans, Chrétiens, et adeptes de la Religion traditionnelle, unissons-nous contre Boko Haram !

Allocution d’ouverture du Directeur national du CIPCRE

Le Directeur national Samuel SOFFO dans son discours a célébré les vertus de la paix qui est le fondement de tout développement durable. Dans un contexte où l’humanité toute entière fait face à des menaces et conflits de tout genre entrainant des pertes en vies en Afrique comme dans le reste du monde, des foyers de conflits ne cessent de naître et de se développer, conflits secrétés par des égoïsmes humains, l’intolérance, le non respect de la différence et bien d’autres, dans un contexte de violence spectaculaire secrétée par la secte terroriste BOKO Haram dans la partie septentrionale de notre pays. Il a souligné la nécessité du dialogue interreligieux et la coopération entre les responsables religieux et politiques, d’êtres solidaires de cette région car nous sommes autant concernés. C’est la raison pour laquelle nous devons rester vigilants et travailler sans cesse afin de sensibiliser les citoyennes et citoyens et notamment croyantes et les croyants de toutes les obédiences sur les risques auxquels nous sommes tous exposés. Nous devons chacun à son niveau, soutenir sans réserve les efforts que le gouvernement déploie pour assurer la sécurité des camerounais et garantir la paix dans notre pays. Quels que soient notre position sociale, notre sexe, nos convictions religieuses, notre appartenance politique, notre tribu et que sais-je encore, nous sommes toutes et tous appelés, j’allais dire condamnés à vivre ensemble. Vivre ensemble c’est reconnaître et accepter que l’autre ne soit pas une menace pour moi, mais une source d’enrichissement. Vivre ensemble, c’est aussi nous mettre ensemble, indépendamment de nos étiquettes politiques, philosophiques, idéologiques, religieuses et tribales, pour réfléchir sur les problèmes qui entravent le développement de nos villages, de nos villes, de nos régions et de notre pays. C’est rechercher les voies et moyens pour un bonheur partagé.

C’est pour contribuer à ce vivre -ensemble et à ce bonheur partagé que le Comité pour la Coopération Interreligieuse avec l’appui du CIPCRE. Ce Comité a pour ambition d’être un instrument de solidarité et de paix entre les croyants de toutes les communautés de foi et de promotion des valeurs que ces communautés ont en partage, à savoir : les droits de l’Homme, la dignité de la personne humaine, la justice, la paix et le respect de la différence.

Exhortations pour la paix

Après l’allocution d’ouverture, le public a suivi avec une attention soutenue les exhortations pour la paix des différents intervenants à ce rendez-vous interreligieux : on a suivi tour à tour le notable Jean Kouam pour la religion traditionnelle, l’imam Moussa pour la communauté musulmane, le Père Jean Claude Mbassi, pour la communauté Catholique et le pasteur Jean Blaise Kenmogne pour la communauté Protestante.

Prière interreligieuse par la communauté de foi traditionnelle par le notable Jean Kouam (Texte complet )

Parfait Créateur que nous célébrons de différentes manières, Tu viens de nous assister le long de notre marche interreligieuse pour la paix. Pour ceux qui croient en Toi, tout pour eux est selon ta volonté. Croire en Toi, se résume à Te servir à travers notre prochain : en œuvrant pour son bien-être.

   Réunis ici maintenant pour une prière interreligieuse en ta direction, Fondateur céleste, Tu voudras bien écouter les tiens que nous constituons. Avec ton pouvoir sans pareil, éloigne de nous tous les méchants.

           Nous voulons la paix, climat propice au développement auquel l’Homme aspire. Ce n’était pas facile que, l’intégrisme religieux et l’intolérance religieuse viennent compliquer davantage la situation.

De différentes communautés de foi, nous nous sommes mis ensemble pour Te prier. Éternel Dieu tout puissant, nous nous confions à Toi. Nous avons besoin de Ta protection. Sachant le faire mieux que quiconque, daigne combattre à notre place, tous nos ennemis aux rangs desquels la secte Boko haram.

Avec Toi, Père nous ne craignons rien. Amen.

Prière interreligieuse par la communauté de foi musulmane (Extrait de l’exhortation de l’Imam Moussa)

L’exhortation de l’imam a été meublée par un exposé d’avant prière et puis de la prière proprement dite.

L’exposé avait pour but de clarifier l’enseignement spirituel et la signification de l’islam. L’islam promeut le vivre-ensemble. Pour cela, il exige qu’on agisse de manière à ne pas dégrader ni détruire l’humanité qui est en l’autre. En renforçant l’humanité qui est en l’autre, je renforce ma propre humanité. L’islam, c’est la paix. Sur cette base l’imam en a appelé aux intelligences de croyants et croyantes, de citoyens et citoyennes pour mettre ensemble toutes leurs forces d’espérance, leurs énergies de rêve pour fertiliser le présent et féconder l’avenir. Ce sont les représentants de la sagesse ancestrale, les chrétiens et musulmans qui peuvent constituer une synergie d’actions et se mettre ensemble pour mener une croisade contre les forces obscurantistes, les forces malfaisantes, pour défendre la patrie contre les actes barbares criminels de cette secte diabolique qu’est Boko Haram.

Cet enseignement a été clôturée par cette prière : « Seigneur ALLAH de par ton nom, le sublime, le miséricordieux le tout puissant, l’omniscient, le miséricordieux et par excellence nous te prions en faveur de la paix dans notre pays et au-delà. Prier pour la paix n’est pas un élément qui vient après l’engagement en faveur de celle-ci. Elle est permanente et au cœur de l’effort pour l’édification d’une paix dans la justice, l’ordre et la liberté, Seigneur Allah dans ta miséricorde pleine de grâce, accorde-nous ta victoire éclatante contre ces forces malfaisantes, obscurantistes et barbares de Boko Haram. Seigneur dans ton immense bonté infinie accorde ta grâce, ta bénédiction, ton espérance aux réfugiés, aux malades, aux blessés ! Seigneur épargne notre pays des atrocités des massacres, des calamités, d’accidents de circulation sur nos routes. Seigneur garde toutes nos forces de défense et toutes les autorités établies du niveau local jusqu’au sommet de l’Etat garde- les dans ta sainte protection. Gloire à toi souverain et maître de l’univers !»

Prière interreligieuse pour la paix par la communauté de foi catholique représentée par le père Jean Claude Mbassi(texte complet)

Seigneur, Dieu de paix, toi qui as créé les personnes humaines, objet de ta bienveillance, pour être familières de ta gloire, nous te bénissons et nous te rendons grâce : car tu nous as envoyé Jésus, ton Fils bien-aimé; tu as fait de lui, dans le mystère de sa Pâque, l’artisan de tout salut, la source de toute paix, le lien de toute fraternité.

Nous te rendons grâce pour les désirs et les efforts, les réalisations que ton Esprit de paix a suscitées en notre temps, pour remplacer la haine par l’amour, la méfiance par la compréhension, l’indifférence par la solidarité. Ouvre davantage encore nos esprits et nos cœurs aux exigences concrètes de l’amour de tous nos frères et de toutes nos sœurs, pour que nous soyons toujours plus des artisanes et des artisans de paix. Souviens-toi, Père de miséricorde de tous ceux et celles qui peinent, souffrent et meurent dans l’enfantement d’un monde plus fraternel.

Tu as le pouvoir de changer le cours des choses. Nous te confions ce jour notre pays le Cameroun, le Nigéria, le Tchad ainsi que tous les autres pays en guerre. L’insécurité qui y sévit maintenant laisse planer une certaine psychose au sein des populations.

Dieu de nos Pères, Grand et Miséricordieux Seigneur de la paix et de la vie,
Père de tous. Tu as des projets de paix et non d’affliction, Tu condamnes les guerres et Tu abats l’orgueil des violents. Ecoute le cri unanime de tes fils, la supplication pleine de tristesse de toute l’humanité qui célèbre en ce jour ta paix.

Seigneur, parle au cœur des responsables du destin des peuples, arrête la logique des représailles et de la vengeance, suggère par ton Esprit de nouvelles solutions, des gestes généreux et honorables, des possibilités de dialogue et de patiente attente, qui soient plus féconds que les rapides décisions de guerre. Accorde à toutes les communautés, notamment celles réunies ici en ce jour, la capacité et le courage de construire contre les forces de la haine, sans cesse à l’œuvre, un mieux-vivre en commun permettant au cœur de chacun de s’élargir jusqu’à aimer et à accepter l’autre dans sa différence.

Nous te le demandons par Jésus-Christ Ton Fils Notre Seigneur qui vit et règne avec Toi pour les siècles des siècles. Amen

Prière interreligieuse pour la paix par la communauté de foi protestante représentée par le Pasteur Jean Blaise Kenmogne(extrait de l’exhortation du pasteur)

Le Pasteur Jean-Blaise Kenmogne, par ailleurs Directeur Général du CIPCRE a entretenu l’assistance sur la nécessité de l’engagement pour la solidarité des uns envers les autres.

A travers deux textes bibliques (le premier de l’apôtre Paul qui dit que nous sommes toutes et tous un en christ et le second de la maxime de notre Seigneur Jésus Christ qui dit que Tout ce que vous voulez qu’on fasse pour vous, faites-le pour les autres), le pasteur a appelé à la prise de conscience de la solidarité des uns envers les autres. Pour témoigner de cette solidarité, les représentants de la sagesse ancestrale, les musulmans, les chrétiens Catholiques et Protestants doivent se rassembler pour clamer haut et fort que notre Dieu est un Dieu de paix, un Dieu d’amour, un Dieu de vie, et qu’ il ne peut cautionner aucune forme de violence, qu’il ne peut cautionner qu’une vie humaine soit mise en danger. Et le thème de l’année « Partenariat pour la paix et dignité pour tous » fait comprendre qu’en fait, Dieu nous invite à nous mobiliser tous et toutes religions, tribus, couleurs et langues confondues pour être partenaires dans la paix, pour combattre cette secte terroriste Boko Haram mais aussi pour condamner fermement d’autres sources de violence destructrices de l’Afrique en général et du Cameroun en particulier à l’instar de la corruption dans nos pays, dans nos écoles, nos collèges, dans la circulation et à travers le système, les structures que l’Etat met en place pour le développement et la promotion sociale. Il a ajouté pour terminer que si nous voulons que l’on puisse nous respecter, que l’on puisse respecter notre dignité, nous devons aussi respecter la dignité de l’autre. Toutes les attentes et les ambitions ont été résumées par cette prière « Seigneur notre père notre Dieu, tu as entendu nos voix s’élever et chacun de nous Seigneur a joué sa partition et tu rassembles cela comme une musique harmonieuse vers toi pour implorer la paix dans notre ville de Bafoussam, dans notre département de la Mifi, dans notre région de l’Ouest, dans notre pays le Cameroun, dans l’Afrique ton Afrique et dans le monde qui est ta création. Tu inspires les autorités administratives et celles qui ne sont pas là, les autorités religieuses et traditionnelles afin que nous puissions être toutes et tous partenaires pour la paix et surtout que nous puissions poser des actes qui respectent la dignité de l’autre. Père céleste, Dieu de notre seigneur Jésus christ, Prince de la paix, que ta paix règne et demeure dans nos cœurs toi qui en Jésus Christ nous a appris la prière du Notre père ».

Discours de clôture du Préfet du Département de la Mifi

Pour ce qui est du mot de clôture, il a été conclu par le représentant du préfet qui a tout d’abord demandé d’observer une minute de silence en mémoire des soldats tombés au front et des victimes des attentats terroristes. Il a ensuite apprécié à leur juste valeur les cérémonies organisées à la faveur de la journée internationale de la paix. Tout cela s’inscrit dans la collaboration recherchée par les pouvoirs publics pour la lutte contre ce fléau Boko Haram. L’administration ne peut qu’accompagner ce type d’initiative pour la paix. Le représentant du préfet a remercié toutes les communautés religieuses présentes. Il a également exhorté l'ensemble des populations, les médias, les autres organisations de la société civile sur leur rôle d’alerte, de prévention et a relevé qu’étant donné que la paix ne se célèbre pas en une journée, elles ont pour mission de poursuivre la sensibilisation chacun dans son milieu de vie sur ce qu’est la paix, cette valeur qui nous permet de vivre et sans laquelle nous ne pouvons rien faire.

L’édition 2015 s’en est allée dans une ambiance de convivialité. Les regards sont tournés à présent vers l’avenir tout en espérant que cette journée porte des fruits en limitant le taux de violence dans le monde.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir