Get Adobe Flash player

Articles

Journée Internationale de la Paix : Les usagers de la route Bafoussam-Dschang sensibilisés

La journée internationale de la paix a été célébrée le 21 septembre dernier. Il y a quelques années, la question de paix au Cameroun n’était pour beaucoup qu’un sujet de débat politique. Chacun y allait selon son bon plaisir et développait les théories de toutes sortes. Grâce au réseau SCP et aux analyses qu’il permet de faire sur notre contexte, il ressort qu’il existe un véritable risque pour la paix dans notre pays.

Aujourd’hui au Cameroun, nous sommes dans un réel contexte de non paix. C’est pourquoi le CIPCRE a célébré le 21 septembre 2015 avec un sceau particulier. Pour le faire, nous nous sommes rapprochés des usagers de la route Bafoussam-Dschang précisément au niveau du péage afin d’apporter au maximum de personnes des messages de paix, de culte de l’effort, de consolidation de l’unité nationale en ce moment si particulier où les actes de terrorisme sont perceptibles sur le territoire national et particulièrement dans l’Extrême nord.

Tout usager a eu droit à un dépliant portant sur des engagements à prendre pour assurer la paix et consolider le vivre-ensemble au Cameroun. Quelques-uns des usagers ont accueilli avec beaucoup d’enthousiasme ces dépliants interpellateurs tandis que d’autres ont refusé de les prendre. Mais au bout du compte, plus de 3500 dépliants ont été distribués. Tous portaient les messages suivants :

  1. 1.Camerounais de toutes les Régions, ethnies, langues, religions, unissons- nous pour la paix
  2. 2.Non à Boko Haram, Ensemble barrons lui la voie
  3. 3. Comme il n’y a pas de développement sans la paix, soutenons les pouvoirs publics dans la lutte qu’ils mènent pour assurer une paix durable dans notre pays

Dans la foulée des distributions, un constat nous a marqués : on a eu l’impression que certains Camerounais ont peur de tout ; même pour accepter un dépliant, il fallait déployer tout un argumentaire. Nul doute que le contexte a rendu les gens plus méfiants et suspicieux. Nous avons aussi été marqués par la réaction des jeunes. En effet, ce sont beaucoup plus eux qui s’intéressaient aux dépliants comparativement aux adultes. Chez les adultes, il fallait insister alors que les jeunes prenaient les dépliants avant de s’interroger. Il faut noter que plusieurs personnes ne savaient pas ce qu’est la journée internationale de la paix et quand est -ce qu’ elle célébrée.

On serait tenté de comprendre le désintérêt des adultes si on se demandait comment aborder la paix dans un contexte où les localités sont enclavées et les routes défectueuses. Comment parler de paix dans un contexte où l’on proclame la gratuité de l’école alors que beaucoup d’enfants sont encore à la maison, faute pour les parents de trouver les frais d’APEE exigés dans les établissements avant l’inscription?

En cette autre édition de la paix ce 21 septembre 2015, le malaise des populations qui souffrent est réel. Ceci est d‘autant plus inquiétant que les attaques terroristes à l’Extrême nord du Cameroun redoublent d’intensité. C’est pourquoi le CIPCRE insiste sur la nécessité d’une implication de tous et de saisir l’occasion que donne cette célébration pour renouveler notre engagement pour une paix durable.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir