Get Adobe Flash player

Articles

Lutte contre les discriminations sexistes et les violences sexuelles à l’égard des enfants : Des leaders chrétiens s’engagent

En parcourant l’outil de foi des chrétiens qu’est la Sainte Bible, l’on est visiblement marqué par les nombreux versets qui instruisent le bien-être de l’homme et davantage la protection des enfants contre toute violence. Les participants à l’atelier du CIPCRE ont convenu d’être des relais de protection des droits des enfants dans leur communauté et surtout d’accompagner ceux victimes de violences sexuelles et discriminations sexistes.

Vingt-trois (23) leaders chrétiens de Bafoussam dont trois (03) femmes se sont à nouveau donné rendez-vous au nouveau siège du CIPCRE pour s’outiller pour la prévention et la protection des droits des enfants. En effet, la mise en place d’un environnement socioculturel protecteur des enfants à travers la prise d’initiatives endogènes de lutte contre les discriminations sexistes et les violences sexuelles tout comme la dénonciation systématique des auteurs nécessitent l’implication accrue des leaders des communautés de foi et davantage leur soutien multiforme. Ensemble les leaders venant de l’EEC, EPC, MPE, CBC, l’Eglise Catholique, Vraie Eglise de Dieu, Témoins de Jéhovah se sont engagés dans le développement d’une veille citoyenne au sein de leurs communautés respectives pour la protection des droits des enfants.

Comme de tradition, l’atelier avec les leaders chrétiens s’est ouvert par la prière afin d’inviter Dieu à soutenir les actions à mener et surtout à veiller au bon déroulement des travaux. La phase introductive a pris le relais avec les mots de bienvenue, la présentation individuelle des participants, le recueil des attentes et des craintes et l’adoption des règles pratiques pour une bonne assise. Ce premier aspect a permis d’apprécier l’état d’ouverture des uns et des autres et surtout la volonté nette de contribuer à un construit traduisant la réalité des communautés de foi. Il s’est plus agi d’une contribution à la lutte contre ces fléaux qui touchent les enfants partout où ils se trouvent.

La phase technique a permis d’entrer dans le vif du sujet avec deux modules. Dans un premier temps, une présentation de l’état des lieux sur les problématiques du projet a permis de mettre au même niveau de compréhension les participants. La facilitatrice s’est attardée sur la genèse de l’action du CIPCRE, les faits et chiffres des fléaux, l’impact sur les victimes, les enjeux de la lutte et les résultats de l’action du CIPCRE. Les échanges, qui ont suivi, ont permis de mesurer la difficulté de dissocier l’égalité de sexes et les discriminations entre les enfants. Dans un second temps, le module portant sur l’analyse du cadre juridique de lutte contre les discriminations sexistes et les violences sexuelles a été abordé. La législation camerounaise réprime les discriminations sexistes et les violences sexuelles faites aux enfants et les principes généraux des droits de l’enfant ont été passés en revue tout comme les conditions nécessaires à l’épanouissement des enfants. Pour davantage bien édifier sur la question juridique, le document relatif aux droits de l’enfant a été transmis afin que nul n’en ignore. Quatre groupes ont été constitués pour réfléchir sur les actions à mener par les leaders des communautés de foi, leurs forces et les opportunités à saisir, leurs faiblesses et les menaces ainsi que les versets bibliques à utiliser lors des prédications ou causeries éducatives. Les restitutions suivies de quelques ajouts ont complété le travail de chaque groupe et c’est unanimement que des engagements ont été pris. Ainsi, les leaders ont pris la résolution d’exhorter les parents à dialoguer à la maison avec les enfants et surtout à utiliser le langage adapté pour parler de la sexualité.La dénonciation systématique des bourreaux figure également au rang des résolutions afin que les victimes soient accompagnées par le CIPCRE. Les autres résolutions ont été prises en compte dans les plans d’action des communautés de foi présentes à cet atelier.

Les organisateurs dudit atelier ont transmis aux participants une documentation constituée du livret de sensibilisation, des exemplaires du module sur le cadre légal, des autocollants des numéros SOS pour signaler toute dénonciation. Le CIPCRE s’est engagé à suivre la mise en œuvre des différents plans en vue d’être davantage proche des enfants victimes et les leaders se sont réjouis de cette disponibilité. Pour permettre une bonne assimilation des informations transmises, des pauses ont été organisées et l’ambiance générale de l’atelier a été appréciée par tous avec cette recommandation des participants de multiplier de tels travaux pour continuer à les édifier.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir