Get Adobe Flash player

Articles

L’éducation à l’environnement

Lorsqu’on examine la situation de l’école dans nos pays africains, on est frappé par le grand accent qui est mis sur le savoir livresque. Les matières enseignées sont nombreuses, mais assez compartimentées et, en général, sans rapport avec l’environnement social et géophysique des élèves. Ce qui est enseigné n’a qu'une faible incidence sur le comportement des élèves : ils savent par exemple qu’il faut arroser avant de balayer, mais ne le font presque jamais ; ils récitent des règles d’hygiène, mais n’en respectent aucune. Ils apprennent beaucoup de choses, passent des diplômes, mais demeurent insensibles face à l’insalubrité et à la broussaille qui les entourent.

Face à cette situation, le CIPCRE veut contribuer à briser, par l'éducation à l'environnement, les murs autour de l’école en suscitant chez les enseignants et les élèves la prise de conscience des problèmes écologiques de leur milieu.

  • Les formations et les voyages d’études
A travers séminaires, camps et ateliers, le CIPCRE s’attache à offrir des formations et des animations à l’adresse des écoles, des Cellules environnementales, des enseignants et des élèves en vue d’augmenter la sensibilité et le savoir-faire en rapport avec les problématiques écologiques. Un poids important est notamment donné aux capacités des différents acteurs d’entreprendre des analyses précises en vue d’un diagnostique environnemental. D’autres thèmes concernent : la gestion des écosystèmes, la biodiversité et les mesures de protection, la gestion de l’eau et la pollution.Afin d’encourager la découverte des réalités du milieu, le CIPCRE appuie et accompagne aussi l’organisation de voyages d’études au Cameroun comme au Bénin. .

 

  • La transformation globale de l’école
Mieux encore que tout séminaire de formation ou voyage d’étude, c’est le travail concret sur le terrain qui est formateur. Le CIPCRE parraine et accompagne ainsi différentes écoles pour leur permettre d’améliorer la qualité de l’environnement scolaire : mise en place de bacs à ordures, de parterres et espaces verts, de jardins scolaires, de puits, etc. L’impact pédagogique est important : les enseignants et leurs élèves utilisent de plus en plus le jardin scolaire comme support des leçons classiques ; des réflexes de restauration organique du jardin s’ancrent profondément dans les esprits ; les maîtres organisent spontanément et régulièrement des séances d’animation pédagogique ; la propreté des salles de classe et de leurs alentours est devenue une préoccupation quotidienne.

 

  • L’opération pilote contrat vert
L’opération pilote contrat a été conçue dans le souci d’impliquer autant l’enseignant que l’enseigné dans la gestion environnementale de l’école tout en intégrant graduellement les aspects pédagogiques (processus éducatif nouveau qui forme et qui libère en même temps l’enseignant et l’enseigné de toute relation dominant-dominé) dans la pratique de la classe.La mise en place de cette approche nouvelle a déjà permis à 14 communautés éducatives de réaliser le diagnostic et l’audit environnemental dans leurs lycées et collèges respectifs.Au bout de la phase expérimentale, l’opération conduira à l’attribution d’un label écologique «ETABLISSEMENT VERT» et à la récompense par des primes des établissements qui se seront particulièrement distingués.

 

  • Eco-Jeunes
En milieu scolaire, le texte écrit tient une place importante surtout lorsqu’il est écrit par les élèves et pour les élèves et présenté de manière attrayante. Né sous le nom de « A l’affût – SU », le périodique Eco-Jeunes est produit une à deux fois l’an et est tiré à 2000 exemplaires. Des thèmes essentiels tels que l’eau, l’arbre ou le SIDA ont ainsi été abordés par les jeunes eux-mêmes avec beaucoup d’engagement et d’enthousiasme.
.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir