Get Adobe Flash player

Articles

25 ANS AU SERVICE DE LA PROMOTION DE LA CREATION : Le Cipcre s’offre un bijou architectural pour ses noces d’argent

Forme la plus achevée de l’efficacité dans le domaine des Ong exerçant dans la région de l’Ouest, le Cipcre vient de fêter ses 25 ans dans ses locaux dont la visite vaut le détour.

 

 

Il y avait du beau monde le 28 avril dernier à Bafoussam. Le Cercle International pour la Promotion de la Création, Cipcre fêtait en ce jour, son 25e anniversaire, ce qu’on appelle communément « noces d’argent » dans le vocabulaire des bonnes manières.

Si en soit le mérite est déjà grand d’exister et de tenir la route après 25 ans dans un environnement aussi difficile et létal pour les entreprises et plus encore pour les Ong, ceux qui ont été de la fête du Cipcre n’avaient pas qu’une seule raison d’être satisfaits. En plus de lever une première coupe pour les noces d’argent du Cipcre, il fallait lever une seconde coupe pour inaugurer le joyau architectural que le Cipcre s’est offert en guise de siège.

Une double cérémonie que les invités du Cipcre n’ont donc pas voulu manquer. Parmi eux le Gouverneur de la Région de l’Ouest, Monsieur Awa Fonka Augustine et tout l’état major administratif de la région de l’Ouest au sein duquel on a noté la présence du préfet de la Mifi, Monsieur Tangwa Fover. Intermédiaire entre les autorités administratives et les populations, Monsieur le maire de la commune de Bafoussam 1er était là en personne. Le Dr. Jules Hilaire Focka Focka en a profité pour délivrer un discours sur lequel nous reviendrons. Porte parole des populations sous une autre facette, on a noté aussi une belle brochette des têtes couronnées de la région de l’Ouest, du Nord-Ouest et même du Sud. En bonne place parmi ces autorités traditionnelles pour ne citer que quelques unes, le chef supérieur Badoumga dans le Ndé, S.M. Pouokam Max de Baham, S.M. Nenkam Ndassi de Bahouan, S.M. Tchuenkam Dada Théodore de Batié, S.M. Simeu David de Bapa qui est le Vice-président de l’Association des chefs traditionnels de l’Ouest. A côté de ces invités locaux, on a remarqué la forte présence des amis et des partenaires du Cipcre venus de Porto Novo et de Cotonou au Benin mais plus loin encore de l’Allemagne, des Pays-Bas, de la Suisse et de la France.

ALLIANCE DES FORMES ET DES COULEURS

En vérité, le siège que le Cipcre s’est offert vaut mille fois le détour. On remarquera que l’ancien siège du Cipcre se trouvait dans l’une des sorties de Bafoussam, notamment la sortie Sud qui mène vers Douala et Yaoundé en passant par Bandjoun. Le nouveau est dans la même configuration, puisqu’il se trouve aussi dans l’une des sorties de Bafoussam, notamment la sortie Est qui même à Foumban et vers le Nord en passant par Foumbot. En partant de Bafoussam, on ne peut pas le manquer. Il est à gauche juste après le contrôle fixe qui se trouve au bas de la descente du « lieu dit Spc ».

Pour décrire ce à quoi le siège du Cipcre ressemble, laissons parler son promoteur, le Révérend Docteur Pasteur Jean Blaise Kenmogne, ici cité dans un extrait de son discours à cette double occasion du 28 avril dernier : « En regardant une fois de plus ce chef-d’œuvre architectural, comment ne pas dire toute mon appréciation et toute ma satisfaction par rapport à la maestria avec laquelle l’architecte a conçu l’ouvrage et au doigté avec lequel le maitre d’œuvre l’a sorti de terre ? Quand on voit l’alliance des formes et des couleurs, le mariage heureux entre les matériaux locaux et ceux venus d’ailleurs, la savante alchimie des symboles culturels autochtones et des motifs modernes, on ne peut que saluer la force de créativité de tous le techniciens qui ont porté le projet du complexe vert jusqu’au niveau où il se trouve actuellement. Quand on voit la grande case traditionnelle qui se dresse tout au fond de cette enceinte et qui, tout en ayant une forte emprise au sol, semble tutoyer le ciel, on pense bien évidemment à nos traditions immémoriales et particulièrement à nos chefferies qui en sont des espaces d’expression. »

Avant lui, Mgr Jean Bosco Ntep, Evêque d’Edéa a pris la parole en sa qualité de Président du Conseil d’Administration du Cipcre pour livrer au public le secret de sa « faiblesse » lorsqu’il avait pris sur lui d’autoriser le déblocage des fonds pour acquérir le terrain qui sert finalement de siège aujourd’hui au Cipcre dans le beau quartier de Bamendzi II dans cette sortie Est de la ville de Bafoussam. S’il avait voulu se montrer sourcilleux, s’il n’avait pas cru en la moralité au-dessus de tout soupçon de Docteur Pasteur Jean Blaise Kenmogne, il n’aurait pas autorisé ce déblocage des fonds dans les conditions express voulues par le vendeur pour céder son terrain et aujourd’hui tous seraient en train de regretter. Puisque pour l’Evêque d’Edéa, le siège du Cipcre est un immense motif de fierté.

La même satisfaction a transparu dans le discours du maire de la commune d’arrondissement de Bafoussam 1er. Dr Jules Hilaire Focka Focka en a profité pour tresser des lauriers tellement élogieux au Directeur général du Cipcre que certains dans l’assistance ont cru qu’ils assistaient à ses obsèques. On mesure donc toute la grâce de Dr. Pasteur Jean Blaise Kenmogne de suivre de son vivant toute l’admiration qu’il inspire à ses concitoyens en commençant par le premier d’entre eux, l’édile de la commune de Bafoussam 1er. Ce dernier a d’ailleurs confié à l’assistance qu’il pèsera de tout son poids pour qu’une délibération spéciale lors du prochain conseil municipal de Bafoussam 1er porte le Pasteur Jean Blaise kenmogne à la stature de citoyen d’honneur de Bafoussam à qui une clef et une cocarde spéciale seront remis.

INSTANT MIGNON

En de telles circonstances, les discours sont des lieux de révélation. Celui du représentant de « Pain Pour le Monde », l’Ong allemande qui a entièrement financé l’ouvrage n’a pas manqué à la règle. Il a confirmé ce que son organisation avait apporté au Cipcre. C’était l’essentiel d’un discours frugal où on a retenu que les donnateurs étaient d’autant plus satisfaits que les réalisations qui sont l’objet de leur manne sont visibles. On aura donc compris que « Pain pour le Monde » n’a pas aidé que le Cipcre, mais avec le Cipcre, ils sont en confiance parce que ses promoteurs sont des hommes de confiance. Nous avons dit que le discours du représentant de « Pain Pour le Monde » venu d’Allemagne était frugal. Et ses intentions futures ont été « trahies » par quelqu’un d’autre. C’est ce que nous avons retenu d’un autre extrait du Directeur général du Cipcre, le Docteur Pasteur Jean Blaise Kenmogne lorsqu’il dit : « Le siège qui nous accueille ce jour ne serait jamais sorti des fonts baptismaux si Pain pour le Monde, notre partenaire allemand, n’avait pas mis des moyens conséquents à notre disposition pour le réaliser. Je saisis cette occasion exceptionnelle pour lancer un vibrant hommage à ce partenaire d’exception qui nous accompagne depuis la création du Cipcre avec une fidélité constante et une sollicitude jamais prise à défaut. La coopération entre le Cipcre et Pain pour le Monde est un modèle paradigmatique du partenariat Nord-Sud que nous appelons tous de nos vœux. Il faut rappeler que c’est ce partenaire qui a financé à 100% les trois bâtiments qui représentent la première phase des constructions du siège. Une deuxième phase est en vue et qui comprendra quatre autres bâtiments : un restaurant, un centre d’accueil de passage de 30 lits, une salle de conférences de 150 places et un magasin. A cela il faut ajouter un stade multisports. Nous comptons sur Pain pour le Monde pour mener à terme ces travaux et nous permettre de parachever, sur le plan spatial et architectural, le rêve d’un complexe vert qui soit un outil de référence au service d’un développement holistique et intégré. »

L’instant mignon de cette cérémonie a été servi par l’association des épouses du personnel du Cipcre. Emerveillées par la beauté du cadre de travail de leur époux, ces dames ont offert à « Papa Pasto » (ndlr : c’est comme cela qu’elles appellent le Directeur général du Cipcre) ce qu’elles avaient de meilleur, leur intention de prière, à travers des chants, pour préserver la propreté de ce cadre de travail. Elles y ont associé des balais, des houes, des rateaux, des seaux, des serpillères et tout le petit matériel d’entretien dont le bon usage prolongera l’excellence des lieux de ce nouveau siège du Cipcre.

CITOYEN D’HONNEUR DE BAFOUSSAM

Ayant vu tout cela, le gouverneur de la Région de l’Ouest a livré son témoignage : « Je dois donc reconnaitre, au vu de ce que vous et moi voyons en ces lieux, que la réalité est en voie de dépasser la fiction. » a-t-il dit. Puis dans une envolée lyrique, le gouverneur de la région de l’Ouest a ajouté sa partition au concert émérite de louanges à l’endroit du Directeur général du Cipcre : « je m’en voudrais de ne pas saluer le dynamisme de l’entrepreneur social qui est à la base de ces magnifiques bâtiments, j’ai nommé le Révérend Dr Jean Blaise Kenmogne, ce digne fils de cette digne région; cet homme qui, avec courage et détermination, a su tenir la barque du Cipcre de 1991 jusqu’à nos jours et à qui je souhaite de la tenir encore pendant les vingt-cinq prochaines années; ce pasteur qui, à rebours d’une certaine théologie désincarnée, s’efforce de donner sens à l’Evangile de notre Seigneur Jésus-Christ dans l’épaisseur des problèmes quotidiens ; cet intellectuel enfin qui se bat pour montrer qu’un autre Cameroun est possible et qu’une autre Afrique est possible. Dans ses productions intellectuelles de cet homme atypique comme dans ses réalisations concrètes, la quête permanente d’un autre développement possible est présente. Ce développement, il l’appelle lui-même développement holistique et intégré. »

Tout a-t-il été dit ? Que non ! La coupe n’est assurément pas pleine, puisque le seul regard du siège du Cipcre inauguré à l’occasion de ses noces d’argent est une source intarissable des choses à dire.

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir