Get Adobe Flash player

Articles

PREVENTION DES CONFLITS ET PROMOTION DE LA PAIX: TROIS COMITES INTERRELIGIEUX SE PENCHENT SUR LEURS ACTIVITES

L’une des stratégies développées par le CIPCRE pour œuvrer à la prévention des conflits et la promotion de la paix est la création des comités pour la coopération interreligieuse dans ses zones d’intervention. C’est dans cette optique que se sont tenues au mois de mai 2016 des rencontres de suivi et de planification participative des activités des comités pour la coopération interreligieuse des villages pilotes Bamendjo et Bapa, et dans la localité de Foumban.

Les objectifs visés par les différentes rencontres dans les trois localités étaient, entre autres :

-          D’évaluer les réalisations des différents comités dans leurs zones respectives d’intervention en matière de promotion de la coopération interreligieuse, de lutte contre les problèmes sociaux récurrents dans leur localité, mais aussi relever les avancées en matière de tolérance, de respect mutuel, d’acceptation de la différence et de rapprochement entre les populations de religions différentes ;

-          De dresser un état des lieux des problèmes qui opposent les membres des religions différentes et qui sont susceptibles de porter atteinte à la paix ;

-          D’amener les membres des différents comités interreligieux à identifier des activités interreligieuses pouvant servir comme solutions à ces problèmes et puis à les planifier;

Evaluation des réalisations

Dans les trois localités, les Comités ont tout d’abord procédé à une rapide évaluation de leurs réalisations. Il en est ressorti que l’expérience de la cohabitation entre des personnes de religions différentes par eux impulsée pour la coopération interreligieuse est à la fois un enrichissement et un défi du fait des réticences qui persistent. Que ce soit au sein des comités interreligieux ou à l'échelle de leurs localités concernées, les membres des Comités (chrétiens, musulmans et adeptes de la religion traditionnelle) s'engagent en faveur de la liberté de religion et de la cohabitation pacifique au service de la paix et de la vie. D’où leur opposition aux stigmatisations, à l'extrémisme et à la violence d’où qu’ils viennent. D’où aussi leur volonté de sensibiliser sur l’importance de la coopération interreligieuse et d’appeler les populations à se tolérer mutuellement, à s’ouvrir les unes sur les autres, à s’accepter et rechercher le dialogue et la coopération à différents niveaux avec les membres d'autres religions. D’où enfin leur appel des populations à défendre les valeurs telles que: les droits de l’homme, la justice, la paix, le respect de la différence et la dignité humaine, et à mettre au centre de toute leur action le respect de la vie humaine

Pour le comité pour la coopération interreligieuse de Bapa créé en mai 2015, les effets commencent à se ressentir ainsi que l’affirme Mme Tuedem Marguerite, responsable locale dudit comité : « Du fait de la présence du comité interreligieux ici à Bapa, les gens comprennent que le rapprochement est possible entre individus d’obédiences différentes ». Auparavant, l’évangéliste n’avait pas de propos tendres à l’égard de certaines pratiques de la religion traditionnelle, ce qui fait que les adeptes de cette religion avaient à son égard beaucoup de méfiance et n’acceptaient pas d’être transportés par lui. Mais avec sa participation active dans la mise en œuvre des activités interreligieuses, il a commencé à changer Beaucoup de gens se rapprochent de plus en plus de lui. Le notable Toukam Emile quant à lui déclare qu’au début, chaque groupe considérait les autres comme ennemis du fait des préjugés développés les uns envers les autres. Pour lui, les gens doivent comprendre que nous sommes issus d’un même Dieu et que toutes les religions veulent atteindre Dieu, même si chacune le fait de sa manière.

A Bamendjo, l’observation est la même si l’on en croit le pasteur Domtchom, représentant l’Eglise Evangélique du Cameroun au sein du comité interreligieux créé en mai 2015. Il affirme qu’à la suite de leurs interventions, « la nature des relations entre jeunes de religions différentes a beaucoup évolué. Pour preuve, après la causerie organisée sur la tolérance religieuse par le comité pour la coopération interreligieuse à laquelle avaient participé les jeunes des confessions catholiques et protestantes, « Lorsque que les jeunes protestants ont organisé le tournoi de foot et hand pour ma consécration, les jeunes catholiques ont revendiqué leur intégration dans les équipes du tournoi, ce qui fait que ce championnat a intégré les jeunes catholiques qui ne se présentaient pas comme une équipe rivale mais sont venus en renforcement dans l’équipe de leur choix»

A Foumban, la plateforme interreligieuse nouvellement constituée au mois de mai 2016 s’est engagée à travailler à mettre en œuvre les activités planifiées.

Nouvelles planifications

Au terme des rencontres, les comités se sont dotés de nouvelles planifications opérationnelles pour le second semestre 2016. Ont été planifiées des activités de visites conjointes dans les prisons, des activités de sensibilisation sur l’importance de la coopération interreligieuse et la tolérance religieuse, des activités de sensibilisation sur les fléaux sociaux et des activités d’appui psychosocial. Le CIPCRE a renouvelé son engagement auprès de ces comités de soutenir la mise en œuvre de leurs activités et de tenir des rencontres de suivi évaluation prévues pour les amener à mieux réaliser leurs activités, à observer les effets de ces activités et résoudre les éventuelles difficultés rencontrées.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir